L'AVENIR

LES DERNIERS ALBUMS

Motocross AMPL

Les Bikers'Classics à Francorchamps

Les 6 Heures de Francorchamps à Spa

Le Superbiker de Mettet

Motocross AMPL à Willancourt

A vendre veste cuir moto. Voir sur page infos-contact

Jago Geerts - 3ème du championnat du monde Mx2

Jago Geerts voit le jour à Balen en 2000. Doué pour le motocross, il se distingue à la coupe de l’Avenir. En 2017, âgé de 17 ans il devient champion d’Europe 125cc. Il rejoint les élites du championnat du monde en catégorie Mx2 en 2018 au guidon d’une Yamaha. Régulièrement dans le top 10, il monte trois fois sur le podium. Second de la deuxième course au GP de Belgique devant un public tout acquis à sa cause, il récidive le même résultat en France. En Lettonie et toujours dans le second débat, il monte sur la 3ème marche du podium. En 2018 il termine donc 8ème du classement mondial sur 67 pilotes classés. Cette année, Jago évolue toujours en Mx2 ( moteur 4 temps de 250 cc ) et gagne enfin sa 1ère course. C’était le 26 mai au GP de France de Saint Jean D’Angely. Second de la 2ème joute, il récolte 47 points à l’issu de la journée mais les écarts chrono avantageront Jorge Prado ( Champion du monde Mx2 en 2018 ) vainqueur du Grand Prix français. Cette 1ère victoire de manche amorce une fin de saison qui combine performance et régularité. Jago monte en puissance, accumule les podiums pour finalement terminer 3ème du championnat du monde Mx2. Les rêves n’ont-ils pas tous commencés par un simple souhait ?!.

Si le motocross était un sport olympique, Jago Geerts aurait une médaille de bronze autour du cou.

Grand-Duché de Luxembourg - Le retour du Stärentour

Ce n’est plus un secret pour personne, les routes du Grand-Duché de Luxembourg sont parfaitement entretenues. Mais ce n’est pas pour cette raison que le Stärentour fait son retour après 9 ans d’absence. Ce rendez-vous est à la fois une concentration et une balade réservée aux motos, Quads et Trikes. Le but est aussi de récolter des fonds pour aider l’association nationale des victimes de la route ( AVR ). Claude Ralinger, président du Charity Bikers Luxembourg nous explique : « Nous avons relancé l’idée d’une nouvelle organisation car en 2018, la route a tué ou blessé gravement une dizaine de motards sur les routes du pays. Nous voulons sensibiliser les motocyclistes ainsi que les automobilistes à la plus grande prudence et au respect des règles élémentaires de sécurité ». Programmé le dimanche 15 septembre avec un départ à Bertrange, une pause « diner » à Echternach et une arrivée à Bascharage. L’organisateur espère se voir réunir au moins 500 motos et fait confiance aux divers clubs pour motiver leurs troupes

Quand il s'agit d'aider, les motards ne sont pas les derniers

Motocross AMPL à Willancourt - La sécurité avant tout !!

Je n’avais plus foulé le sable gaumais de Willancourt depuis quelques années. J’en avais gardé un beau souvenir et celui-ci est resté intact. Circuit sablonneux 100% panoramique et chose rare à l’AMPL, le tracé est sécurisé par des grilles tout autour. Comprenez que le bord de piste n’est autorisé qu’aux personnes accréditées dont j’ai la chance de faire partie. Le terrain est bien préparé et la poussière relativement bien contenue. Une zone de panneautage avait été prévue. L’organisateur déplorera certains actes de vandalisme survenus dans la nuit du samedi au dimanche. Lucas Adam a été intraitable en Inter Mx2 puisqu’il s’impose dans les 2 débats. En 1ère manche il l’emporte devant Jérôme Martiny et Arnaud Renard. A mi-course la KTM de Jordan Hébette rend l’âme et laisse son pilote avec la tête des mauvais jours. Il utilisera sa 125cc dans la seconde course pour tâcher de combler son retard de point. Le prochain w-e de compétition se déroulera sur le circuit de Bercheux les 07 et 08 septembre.

Le wheeling de la victoire pour Lucas Adam

And the Champions are ...

L’Espagnole Jorge Prado à gardé le sourire. Après son 1er titre Mx2 gagné en 2018, il se succède à lui-même de manière assez autoritaire. Champion 2019, il offre à l’Espagne un 3ème sacre en motocross internationale.

Pilote originaire de Slovénie, Tim Gajser remporte cette année sa deuxième couronne mondiale en MxGP après celle déjà conquise en 2016. Son premier sacre en Mx2 avait été célébré en 2015.

Il aura fallu attendre la dernière course de la saison et les dernières minutes des 8 Heures de Suzuka pour sabrer le champagne dans le Team SRC Kawasaki France. Gilles Stafler et ses pilotes sont devenus champions du monde d’Endurance.

En remportant la 1ère manche du GP de Turquie le 08 septembre, ultime étape du championnat du monde féminin, Courtney Duncan s’est offert son premier titre mondial. Après être passée à plusieurs reprises tout près du sacre, voilà enfin la Néo-Zélandaise récompensée par un titre de championne du monde de motocross.

Imbattable depuis 2007, la planète Trial est dominée par un extraterrestre Espagnol. 13 titres consécutifs que ce soit en Indoor ou en plein air, Toni Bou éclabousse la concurrence depuis plus de 10 ans. 26 couronnes posée sur la tête de ce pilote de 33 ans, moi je dis respect !!

6 Heures motos de Francorchamps - Une petite excursion dans le centre ville de Spa !?

Les 6 Heures de Francorchamps 2019 se sont disputées ce 18 août dans des conditions humides et changeantes. Mais, lors des essais libres du samedi sur une piste sèche, Bastien Makels « claque » une pendule en établissant le record du tour en 2 minutes 24 secondes et 248 millièmes. Le temps de le dire et c’est le nom de Xavier Siméon qui apparait sur le haut des écrans de pointage. 2’24,082 nouveau record absolu. L’ancien chrono vieux de 10 ans était détenu par Werner Daemen. La grande nouveauté cette année était d’emmener les pilotes et leur staff dans le centre-ville de Spa pour s’exposer au grand public. L’idée était séduisante et elle a attiré la grande foule sur l’Avenue Reine Astrid de 18h00 à 21h00. De nombreux enfants, surtout des gamins étaient en admiration devant tous ces bolides de course. Ombrella Girls et autre Miss ajoutaient la touche de féminité indispensable à ce genre de rendez-vous. Retour au bercail à la tombée du jour escorté par la police car comme vous pouvez vous en douter, toutes ces motos ne sont pas immatriculées. Une initiative DG Sport qui espérons le sera rééditée l’an prochain.

Les pilotes du Team Moto 80

Bastien Mackels et Wim Van Den Broeck ( Photo ) remportent au guidon de leur BMW 1000RR cette édition 2019 des 6 Heures de Francorchamps pour le Team Wilbers Racing. En seconde position, la Yamaha R1 du team Dunlop Test Team pilotée par Xavier Siméon et Julien Da Costa. Sur la 3ème marche du podium on retrouve un trio belge de choc à savoir Stéphane Mertens – Marc Fissette et Didier Jadoul qui se partageaient le guidon des Ducati Luxembourg.

Bikers'Classics à Francorchamps - Deux Honda s'imposent

C’est une tradition, le 1er w-e de juillet, le circuit de Francorchamps reçoit en invité le plus grand événement motocycliste de l’année. Le fameux Bikers’Classics. Le moment phare de ce long w-e de trois jours c’est bien évidement une course d’Endurance de 4 Heures disputée le samedi. Cette année encore, le départ fut donné à 18h00 pour une arrivée à la tombée du jour à 22h00 dans une ambiance entre chiens et loups. Une bonne soixantaine de machines participent aux essais et les teams de pointe montrent déjà le bout de leur carénage aux avant-poste.

Deux motos émergeront du peloton et se partageront les victoires dans leur catégorie respective. Victorieuse en catégorie EVO mais aussi au classement « scratch » la Honda RC 30 du team Dholda Racing pilotée par le duo Gian Mertens et Yves Bollaerts s’impose comme en 2018. Elle devance une autre Honda ( 1ère en catégorie Maxi Classic ) pour s’imposer avec 29 secondes d’avance. Les deux motos auront parcouru la bagatelle de 83 tours.

 

Les Bikers’Classics c’est aussi « rencontres avec des champions ». Pour cette édition 2019, quelques pointures de la discipline sont venues à Francorchamps pour parader sur leurs anciennes bécanes et pour rencontrer leurs fans. C’était la grande foule à la signature des autographes. Parmi ces as de la poignée, Christian Sarron, champion du monde 250cc en 1984 et Steve Baker titré en 750cc, tout deux habitués du circuit spadois. Présent également, le pilote  Vénézuélien Johnny Ceccoto, vice champion du monde 350cc en 1976 et 3ème en 500cc deux années plus tard. La liste s’allonge avec Dany Webb, ex moto3 reconverti en Endurance et Ian Simpson, 3 victoires au Tourist Trophy. Pour compléter le tableau, trois champions made in Belgium : Richard Hubin, Stéphane Mertens et Greg Fastré.

 

Les amateurs de trials « vintage » n'ont pas été oubliés avec un concours répartis dans des zones tracées aux abords du circuit. Le live Style village vous plonge dans une ambiance « Choppers » et parmi les machines customisées, une copie conforme de La Harley Davidson du film « Easy Rider ». Dans la grande salle de « L’eau rouge » sont exposées une belle brochette de motos FN. Les anciennes motos de cross pilotées jadis par René Baeten, champion du monde 500cc en 1958. En concert le samedi soir, Machine Gun, un cover percutant du légendaire groupe AC/DC ajoutera quelques décibels de plus à l'ambiance festive. Si vous comptabilisez  à tout cela, les runs libres, les courses annexes, la brocante et autres petites activités, vous obtenez un w-e super complet qui aura fait revivre  aux nombreux spectateurs d'impérissables et nostalgiques souvenirs. 

La grande foule pour les séances selfies et autographes

De gauche à droite : Danny Webb - Richard Hubin - Bruno Le Bihan - Stéphane Mertens - Johnny Cecotto - Christian Sarron et Steve Baker

La Honda RC30 Dholda Racing n°87 et la Japauto Honda CB 1100 R s'imposent dans leur catégorie respective

Les Bikers Classics c'est aussi des runs libres et des parades. Les regards resteront admiratifs devant ces splendides motos anciennes parfaitement entretenues

Endurance Moto - Plus c'est long plus c'est bon

La Coupe d’Endurance FIM débute en 1960. On commence doucement avec 4 épreuves au programme annuel dont une en Belgique, à Warsage. En 1976 le championnat d’Endurance voit le jour pour devenir en 1980 une épreuve internationale d’envergure avec pas moins de dix épreuves inscrite aux premiers calendriers. Le championnat du monde est lancé. Parmi les épreuves, de grandes classiques comme les 24 heures du Mans et le Bol d’Or mais aussi les 24 Heures de Liège ( de 1973 à 2003 ) disputées sur le circuit de Francorchamps sans oublier les 8 Heures de Suzuka au Japon. Viendront se greffer au cours des saisons, des courses à Portimao ou sur le circuit d’Oschersleben en Allemagne.

Zolder à également accueilli en 2006 ces vedettes de l’Endurance pour une course de 6 Heures. Un duo de pilotes marquent les esprits dans les années 70. Leurs noms, Christian Léon et Jean-Claude Chemarin. Sur leur Honda RCB1000, Il remporteront les 24 Heures de Liège en 1976 ( ancien circuit de 14 km ) en battant le record de distance soit 4.448 km. Léon quittera Honda pour Suzuki mais trouvera la mort en 1980 lors d’essai privé au Japon.

 

Quelques faits marquants :


* Richard Hubin ( Suzuki ) devient en 1983 le 1er pilote belge champion du monde d’Endurance.

* En 2000, Honda lance sur le marché la VTR1000. Sa 1ère course se solde par une victoire aux 24 Heures du Mans et au guidon de cette machine, le trio Charpentier - Costes - Gimbert.

* Toujours sur cette VTR1000, les belges Laurent Naveau et le regretté Albert Aerts remportent le titre avec le Team Wim Motors Racing en 2001

* Le français Vincent Philippe détient le record de titres avec 9 palmes à son compteur personnel.

* Yamaha n’a remporté qu’une seule fois les 24 Heures de Liège. C’était en 2000 avec au guidon de la mythique R7, les pilotes Deletang – Foret – Willis

* Le SERT ( Suzuki Endurance Racing Team ) détient le plus grand nombre de titres mondiaux. 14 à son actif !!

* Notre compatriote Stéphane Mertens ( Honda ) devient champion du monde en 1995 et récidive en 2002 avec Warwick Nowland dans le Team Chinois Suzuki Zongshen 2. Le titre est attribué à l’équipe mais Stéphane en faisait partie.

* 541 est le nombre de tours parcourus par les pilotes Eric Gomez – Doug Polen et Peter Goddard aux 24 Heures de Liège 1997, établissant un record jamais égalé de 3.770 km.

* Suzuki détient le record de titres mondiaux avec 18 unités.

* Honda est la marque qui a remporté le plus grand nombre de victoires au 24 Heures de Liège : 14 succès

* On retrouve au moins un pilote belge sur 21 podiums des 24 Heures de Liège dont huit 1ère place. Photos : Internet

Au guidon de leur Honda RCB1000, Christian Léon et Jean-Claude Chemarin ont emblématisés l'Endurance moto

Rouler sur circuits - Il y a toujours une 1ère fois ...

 

Le Bol d’Or 2018 restera dans les mémoires. Difficile en effet de pronostiquer que la victoire finale se jouerai à couteaux tirés entre deux équipes qui figuraient au delà du Top 15 après quelques heures de course. Mais il était écrit que 2018 serait l’année de l’équipe japonaise championne, qui a accueilli Mike di Meglio aux côtés de Freddy Foray et Josh Hook juste avant le Bol d’Or. Un trio qui va cravacher pour remonter sur les avant-postes, mais aussi bénéficier des problèmes de ses adversaires. La BMW n°6 a été la première à se mettre hors jeu suite à l’accrochage de Julien Da Costa avec un retardataire.
La Honda Endurance Racing N°111 a été le second coup de tonnerre de ce Bol d’or en abandonnant sur la casse d’un goujon de culasse alors qu’elle était en tête. Le SERT faisait alors forte impression avant de connaître lui aussi les affres de la mécanique avec la casse d’une platine repose-pied, suivie d’une petite chute de Vincent Philippe et d’un problème d’embrayage. Une voie royale se dessinait alors pour la Kawasaki SRC, leader avec plus de 4 tours d’avance sur son premier poursuivant. Mais l’équipe de Gilles Stafler va payer très cher des soucis électriques sur la ZX-10R n°11 à un peu plus de 2 heures de l’arrivée et rétrograder à la 7eplace finale.
Le YART, revenu du milieu du classement après la chute de Niccolo Canepa va mettre une pression d’enfer à la Honda n°1. Une machine qui peut dire merci à un safety-car de dernière minute et qui lui a permis de boucler un long dernier relai et échapper à l’ogre autrichien désireux de le croquer. Freddy Foray, Josh Hook et Mike di Meglio s’imposent pour moins d’une minute face à Broc Parkes, Marvin Fritz et Niccolo Canepa. La troisième marche du podium revient quant à elle à la Yamaha Penz13, auteur d’une course sans faute avec Sheridan Morais, Danny Webb et Matthieu Lagrive à son guidon et qui renoue avec le podium de l’an dernier sans avoir fait le moindre essai de sa nouvelle machine avant la semaine du Bol d’Or.

Cela fait 2 nuits que vous dormez mal car l’idée de poser pour la 1ère fois votre moto sur un circuit vous réjouit autant qu’elle ne vous angoisse quelque peu. A n’en point douter, ce sera la découverte d’un nouvel environnement dans lequel vous ne trouverez aucun point commun avec la conduite sur route à part le fait d’être assis au guidon de votre moto. Que ce soit à la Bikers’School de Francorchamps ou dans l’école de Stéphane Mertens implantée à Mettet, des instructeurs vous prodiguerons les bons conseils de la conduite ( sportive ) à adopter. En attendant et pour avoir sillonner moi-même à plusieurs reprises ces magnifiques rubans asphaltés, voici quelques petits conseils d’amis.

Ce qui perturbe un tantinet au début est l’absence de rétro vision. On vous suggérera donc de « camoufler » vos rétroviseurs ou simplement de les ôter. Sur circuits on se concentre sur ce qui se passe devant et pas derrière. Une fois l’appréhension passée, ça devrait aller ...

 

Arriver sur place avec une machine en bon ordre de marche me semble une évidence.

Le neck serait que votre machine soit chaussée de pneus neufs ou presque. La qualité du grip s’en ressortira. La montée en T° sera bien plus importante que sur route et vous constaterez une augmentation sensible de l’adhérence au fil des tours. Le must, c’est une paire pour le sec et l’autre pour des conditions humides.

N’ayez pas peur de diminuer un peu la pression de vos pneus surtout si la piste est mouillée et qu’il fait frais. Le sempiternel 2,5 à l’avant et 2,9 à l’arrière sont des valeurs dites de sécurité. Mes Dunlop 207 gonflé à 2,2 AV et 2,5 AR faisaient des merveilles. Ce sera à vous d’ajuster en fonction …

Le repérage est très important. Profitez du 1er run pour mémoriser le circuit, apprendre à le connaître pour suivre la trajectoire idéal qui doit être soignée avant d’y mettre de la vitesse et pas le contraire …

Suivez à la lettre les conseils des instructeurs en ce qui concerne les dépassements. N’oubliez jamais que le pilote qui vous devance ne vous voit pas.

Roulez à votre main et en fonction de vos chronos, vous serez rediriger ou pas dans un autre groupe afin d’obtenir une meilleure homogénéité entre les participants. No stress !! Une journée circuit doit être un moment de détente. Bon amusement et retenez ce slogan prononcé par Xavier Siméon : « La vitesse c’est sur circuits et nul par ailleurs !! »

 

Photos prises lors d'un stage sur le circuit de Beuvardes avec Cap Moto

Curiosités Motocyclistes

Je continue mes petites recherches sur le Net afin de peaufiner mon album sur toutes ces curiosités émanant de la moto. Rien de plus simple en « tapant » quelques mots clés dans Google mais c’est plus sympa de retrouver toutes ces petites merveilles au sein d’un seul et même album. Du tuning haut de gamme au prototype encore ranger dans le carton à dessins au passant par l’insolite et l’extravagance, l’homme ne manque pas d’imagination et d’ingéniosité. Ici, rien de « kitch » mise à part quelques modèles " Just For Fun " mais des machines uniques qui ont nécessité un savoir faire indéniable en utilisant des matériaux nobles. Du travail de pro qui suscite pour les amateurs du genre la plus grande admiration. Après les mots, les photos !!