L'AVENIR

LES DERNIERS ALBUMS

FMB - Supermoto à Mettet

Motocross AMPL

Motocross AMPL à Grandvoir

Les 4 Heures de Liège Classic à Mettet du 17 au 19 Mai

Motocross AMPL à Honville

Les Bikers Classics à Francorchamps du 05 au 07 Juillet

Motocross AMPL à Mellier

Les 4 Heures de Liège Classics - 10ème Anniversaire !!!

Organisé par le Rac Juniors de Liège, les 4 Heures de Liège Classics ont vécu leur 10ème anniversaire. Une bonne trentaine d’équipages ont répondu présent à l’invitation. Séparée en deux catégories, Classics et post-classics mais comprenez que la plus jeune des machines acceptées a vu le jour en 1991.

 

Dans les paddocks je découvre de nouveaux visages mais croise également des têtes connues, des pistards fidèles à ce rendez-vous unique sur le circuit de Mettet. Parmi les inconditionnels, Roger Ruiz, 72 printemps, toujours aussi passionné et bourré de motivation. Roger possède un palmarès motocycliste élogieux. Durant sa carrière Il remportera les 24 Heures de Francorchamps en 1975 sur sa Honda 941.

 

Les essais et les 1ères courses annexes sous la dénomination « Rac Trophy » du samedi se déroulent sous une météo acceptable mais la journée dominicale s’annonce humide et orageuse. Le départ des 4 Heures de Liège est bien donné à 12h15. La pluie s’est invitée mais cessera à mi-course. Les trajectoires s’assèchent et les prises d’angles deviennent plus franches. La course est émaillée de quelques chutes sans gravité et des inévitables abandons d’ordre technique ou mécanique.

 

Il reste à peine 10 minutes de course mais un accrochage impliquant 3 motos endommage l’une d’entre elles. De l’huile se répand sur l’asphalte et c’est au drapeau rouge que les machines parcourent un dernier tour d’honneur. En catégories Classics la victoire est attribuée au duo Doncq - Chavanne sur une Suzuki Harris MK2GS devant Roger Ruiz et Lionnel Dia. En Post Classics Les lauriers de la gloire seront pendu au cou de la paire et fils Demelenne au guidon d'une Yamaha FZR 1000. En seconde position l'équipage Landolfi - Isola ( Honda CBR 600 ) et sur la 3ème marche du podium s’installeront un autre duo familial nommé Scalais - Scalais. En Superbike et au guidon de sa BMW, Yan Ancia n'aura pas fait dans la demi mesure en Superbike puisqu'il s'impose dans les 2 manches du w-e. Vivement 2020 !!

Roger Ruiz au guidon de sa Suzuki n° 11

La Suzuki victorieuse en catégorie Classics

Yan Ancia s'est montré impérial en Superbike

Le Podium en catégorie Classics

La famille Demelenne tout sourire après leur victoire en Post-Classics

Motocross AMPL à Mellier - Invasion chez les Grèviès

Nouveau rendez-vous de compétition à l’AMPL ce 12 mai sur le circuit de Mellier qui est situé sur les hauteurs du village. Quelques rues se transforment donc en paddocks improvisés et les habitants vivent le temps d’une journée au rythme du vrombissement des moteurs.

Le tracé est naturel, pierreux et panoramique. Les bonnes pluies du samedi sont venues soulager les organisateurs qui auront été épargnés par les séances d’arrosage. C’est sur un circuit impeccable que petits et grands étaient venus en découdre sous un vent du nord soutenu et assez frisquet. Si certaines catégories affichent complets sur la grille, d’autres sont plutôt désertées.

A peine 15 pilotes aux départs des courses Inter Mx2 et sans réelle surprise, Jérôme Martiny ( 1+1 ) et Jordan Hébette ( 2+2 ) émergeront pour rouler un ton au-dessus de leurs adversaires. Laurent Lacasse ( président de la fédération ) s’impose dans les 2 courses Experts et à chaque fois devant Laurent Brevers et Marc Thoussaint. Doublé de Cliff Closter en Seniors qui revient à la compétition après plusieurs années d’absence. Chose assez rare, les 7 premiers de la 1ère manche en catégorie Espoirs apparaissent exactement dans le même ordre à la fin du second débat. Résultats complets des épreuves sur le site de l’AMPL. Mes photos sur mxmag.be

En duel avec Jordan Hébette, Jérôme Martiny réalisera tout de même le doublé en Inter Mx2 dans les cailloux de Mellier

Bikersland à Mettet - Festival Estival

Les plus frileux et même les endurcis à la froidure se souviendront de l’édition 2018. Programmée en mars, un souffle polaire vient subitement s’abattre sur la région et plonge le circuit de Mettet dans un froid glacial qui contrait les organisateurs à quelques modifications prévues au programme. Heureusement le chapiteau bien achalandé, abritant exposants et visiteurs est bien chauffé. Cette année, le Bikersland est organisé du 08 au 10 juin. Une chose est sûre, il ne gèlera pas. Anciennement « Festival de la moto » l’évènement fête cette année son 14ème anniversaire. C’est le rendez-vous incontournable des Bikers en tout genre réunis pour un complet w-e autour d’une même passion, la moto. Nouveauté pour 2019, l’organisation d’un tournoi E-Sports motogp déjà lancé par la Dorna en 2017. Toutes les infos pratiques sont à voir sur le site : www.bikersland.be         Les photos de l'édition 2018

Programmé au début de l'été ce Bikersland 2019 promet d'être passionnant et il le sera

Motocross AMPL à Honville - Un report récompensé

Initialement prévu le dimanche 21 avril, le motocross de Honville avait été annulé en dernière minute à cause d’une température temporairement glaciale inhabituelle ayant durci le sol à tel point que l’adhérence précaire des premiers entrainements provoquent des chutes à répétitions. Le club en accord avec la fédération décide alors de reporter la compétition au lundi de Pâques. La récompense est au rendez-vous puisque ce w-e Pascal s’annonçait et fut radieux. Pilotes et spectateurs se sont donc rendus nombreux sur et aux bords de cette piste qui accueille également la dernière manche du BOXC en octobre. On craignait l’excédent de poussière mais l’organisateur s’est employé au mieux pour limiter au maximum l’envahissement.

 

Chez les Inters Mx2 Jordan Hébette ( 1+4 ) laissera la première marche du podium final à Jérôme Martiny ( 3+1 ). En seniors, Jimmy Waerzeggers remporte le 1er débat mais devra se contenter du 6ème accessit en seconde manche. Au général c’est Andy Berger ( 2+1 ) qui récolte les applaudissements du 1er de classe. Cliff Closter ( 7+2 ) complète le podium. En catégories Experts ( pilotes de 40 ans et plus ) Laurent Brevers évolue au-dessus de la mêlée en réalisant un joli doublé. Résultats complets des épreuves sur le site de l'AMPL. Jolie galerie d'images à voir sur mxmag.be

Jordan Hébette remporte la 1ère manche en Inters Mx2

Jimmy Waerzeggers joliment fleuri après sa victoire chez les Seniors

Quand les motardes du monde entier s'unissent

Né en Angleterre dans l'esprit des Harley Bell, Le Women Riders World Relay a rapidement conquis des milliers de femmes à travers la planète. Attirer l'attention du monde de la moto envers la gente féminine et motiver cet ensemble à poursuivre un rêve, voici la noble vocation du WRWR.


L'avanture a débuté le 27 février au départ de l'Ecosse pour un fantastique tour du monde et se clôturera aux Emirats Arabes Unis. Plus de 14.000 dames et demoiselles se relaieront de frontière en frontière en traversant une centaine de pays. Les motardes belges ont accueilli leurs consœurs le 28 avril à la frontière luxembourgeoise et le relais belge a été donné à Martelange.


L'article complet sur moto80.be 

Motocross AMPL à Grandvoir - Les filles à l'honneur !!

Après Winville ( écourté à cause d’une météo médiocre ) et des courses à Libin, c’est le club de Grandvoir qui accueillait les pilotes AMPL ce 07 avril. 20 bougies sur le gâteau d’anniversaire car en effet, les acteurs du club achèvent une première décennie d’organisation. Pour fêter cela, la gente féminine était mise à l’honneur avec deux courses qui leur étaient réservées.

Du coup, nous ne savions plus à quel sein se vouer. Le circuit est 100% panoramique et parfaitement préparer.

Une vingtaine de filles sont au départ et l’ambiance est bonne enfant. Le rythme est plutôt cool et de ce joli peloton émergera Marine Ramelot qui remportera les deux manches. Cette touche de féminité nous fait du bien. Elle dégage une tranquillité perceptible que seules les femmes peuvent nous apporter et sans lesquelles nous les hommes, nous ne serions rien. Résultats des épreuves à voir sur le site de l’AMPL et un résumé de mes photos sur mxmag.be. Merci les filles, ont espère vous revoir bientôt !!

La famille Brevers au grand complet

Marine Ramelot a le sourire, elle remporte les 2 manches féminines

Mesdemoiselles Mazzoni et Fourny prêtent a en découdre ...

En tête du mondial féminin de motocross, Amandine Verstappen nous a fait l'honneur de sa présence

AMPL - Marcel Gourmet tire sa révérence

Marcel Gourmet quitte ses fonctions à l’AMPL. Pendant une cinquantaine d’années, Marcel à veiller en tant que secrétaire au bon déroulement de ces innombrables w-e de compétition. Véritable passionné, Il pratiquait le tout terrain de loisir mais la compétition ne l’attirait pas vraiment. Au fil des ans, son travail abondait car le nombre de licenciés ne faisait que croitre. Marcel était quelqu’un de serviable et faisait toujours son possible pour satisfaire aux demandes des pilotes. Je me souviens de son acceptation de toute dernière minute au motocross de Moircy pour mon inscription en non licenciés. D’autres m’auraient probablement refusé. Mr Gourmet est aussi grand amateur de ballon rond en œuvrant comme cameraman pour la chaine télé TV Lux. Il continuera de travailler comme chroniqueur sportif pour le journal « L’Avenir ». Merci Marcel pour ton dévouement. Bonne continuation et long live to you !! 

Endurance Moto - Plus c'est long plus c'est bon

La Coupe d’Endurance FIM débute en 1960. On commence doucement avec 4 épreuves au programme annuel dont une en Belgique, à Warsage. En 1976 le championnat d’Endurance voit le jour pour devenir en 1980 une épreuve internationale d’envergure avec pas moins de dix épreuves inscrite aux premiers calendriers. Le championnat du monde est lancé. Parmi les épreuves, de grandes classiques comme les 24 heures du Mans et le Bol d’Or mais aussi les 24 Heures de Liège ( de 1973 à 2003 ) disputées sur le circuit de Francorchamps sans oublier les 8 Heures de Suzuka au Japon. Viendront se greffer au cours des saisons, des courses à Portimao ou sur le circuit d’Oschersleben en Allemagne.

Zolder à également accueilli en 2006 ces vedettes de l’Endurance pour une course de 6 Heures. Un duo de pilotes marquent les esprits dans les années 70. Leurs noms, Christian Léon et Jean-Claude Chemarin. Sur leur Honda RCB1000, Il remporteront les 24 Heures de Liège en 1976 ( ancien circuit de 14 km ) en battant le record de distance soit 4.448 km. Léon quittera Honda pour Suzuki mais trouvera la mort en 1980 lors d’essai privé au Japon.

 

Quelques faits marquants :


* Richard Hubin ( Suzuki ) devient en 1983 le 1er pilote belge champion du monde d’Endurance.

* En 2000, Honda lance sur le marché la VTR1000. Sa 1ère course se solde par une victoire aux 24 Heures du Mans et au guidon de cette machine, le trio Charpentier - Costes - Gimbert.

* Toujours sur cette VTR1000, les belges Laurent Naveau et le regretté Albert Aerts remportent le titre avec le Team Wim Motors Racing en 2001

* Le français Vincent Philippe détient le record de titres avec 9 palmes à son compteur personnel.

* Yamaha n’a remporté qu’une seule fois les 24 Heures de Liège. C’était en 2000 avec au guidon de la mythique R7, les pilotes Deletang – Foret – Willis

* Le SERT ( Suzuki Endurance Racing Team ) détient le plus grand nombre de titres mondiaux. 14 à son actif !!

* Notre compatriote Stéphane Mertens ( Honda ) devient champion du monde en 1995 et récidive en 2002 avec Warwick Nowland dans le Team Chinois Suzuki Zongshen 2. Le titre est attribué à l’équipe mais Stéphane en faisait partie.

* 541 est le nombre de tours parcourus par les pilotes Eric Gomez – Doug Polen et Peter Goddard aux 24 Heures de Liège 1997, établissant un record jamais égalé de 3.770 km.

* Suzuki détient le record de titres mondiaux avec 18 unités.

* Honda est la marque qui a remporté le plus grand nombre de victoires au 24 Heures de Liège : 14 succès

* On retrouve au moins un pilote belge sur 21 podiums des 24 Heures de Liège dont huit 1ère place. Photos : Internet

Au guidon de leur Honda RCB1000, Christian Léon et Jean-Claude Chemarin ont emblématisés l'Endurance moto

Les 6 Heures de Francorchamp incluse dans un nouveau championnat de Belgique d'Endurance

Du neuf pour les amateurs de vitesse en Belgique. 2019 voit en effet le retour d’un championnat de Belgique d’Endurance. Celui-ci fera escale à Spa-Francorchamps à l’occasion des 6 Heures Moto, qui se dérouleront le dimanche 18 août.

Un passage obligé pour ce nouveau championnat, les 6 Heures étant devenue au fil des éditions une référence pour ce genre d’épreuve, au niveau belge, mais aussi à l’étranger. Un rapide coup d’oeil à la liste des engagés des dernières éditions suffit à s’en rendre compte…

L’étiquette ‘championnat de Belgique’ ne devrait toutefois pas modifier la physionomie de l’épreuve, qui restera fidèle à sa formule ‘tout en un jour’ (essais le matin, course l’après-midi), ni son mix parfait entre convivialité et professionnalisme, qui fait le bonheur des amateurs comme des équipes professionnelles.

Les inscriptions pour les 6 Heures Moto de Spa-Francorchamps 2019 sont d’ores et déjà ouvertes sur le site www.6heuresmoto.com. S’il est encore trop tôt pour annoncer la participation de telle ou telle équipage, on se rappelle que le team français Yamaha Viltaïs Experience faisait partie des équipes vedettes de l’édition 2018. Un team qui vient d’annoncer sa collaboration avec un certain Xavier Siméon pour le Mondial d’Endurance 2019…

Le championnat de Belgique d’Endurance sera composé de quatre épreuves. Les trois autres épreuves sont programmées au Nurburgring (Allemagne). Elles auront lieu le 1er mai (8 heures), le 30 juin (6 heures) et le 3 octobre (6 heures). Ces épreuves seront intégrées à la RL Cup organisée par le Dortmunder Motorsport Club.

Quant aux catégories, il y aura trois classes distinctes pour le Championnat de Belgique : Endurance 600cc, Endurance 1000cc et Endurance Trophy, cette dernière étant réservée aux équipes participant avec une seule moto. Dans les classes 600cc et 1000cc, chaque coureur pourra rouler avec sa propre machine, une formule qui a fait ses preuves depuis longtemps aux 6 Heures. A Spa, on fera en outre - et selon la tradition - la distinction entre les Inters et les Juniors, histoire d’offrir un classement spécifique aux amateurs et aux pilotes confirmés.

Les inconditionnelles de L'Endurance seront comblés cette année. 4 rendez-vous prévus pour 28 heures de course

L'état des routes belges pointée du doigt par le Forum Economique Mondial

 

Le Bol d’Or 2018 restera dans les mémoires. Difficile en effet de pronostiquer que la victoire finale se jouerai à couteaux tirés entre deux équipes qui figuraient au delà du Top 15 après quelques heures de course. Mais il était écrit que 2018 serait l’année de l’équipe japonaise championne, qui a accueilli Mike di Meglio aux côtés de Freddy Foray et Josh Hook juste avant le Bol d’Or. Un trio qui va cravacher pour remonter sur les avant-postes, mais aussi bénéficier des problèmes de ses adversaires. La BMW n°6 a été la première à se mettre hors jeu suite à l’accrochage de Julien Da Costa avec un retardataire.
La Honda Endurance Racing N°111 a été le second coup de tonnerre de ce Bol d’or en abandonnant sur la casse d’un goujon de culasse alors qu’elle était en tête. Le SERT faisait alors forte impression avant de connaître lui aussi les affres de la mécanique avec la casse d’une platine repose-pied, suivie d’une petite chute de Vincent Philippe et d’un problème d’embrayage. Une voie royale se dessinait alors pour la Kawasaki SRC, leader avec plus de 4 tours d’avance sur son premier poursuivant. Mais l’équipe de Gilles Stafler va payer très cher des soucis électriques sur la ZX-10R n°11 à un peu plus de 2 heures de l’arrivée et rétrograder à la 7eplace finale.
Le YART, revenu du milieu du classement après la chute de Niccolo Canepa va mettre une pression d’enfer à la Honda n°1. Une machine qui peut dire merci à un safety-car de dernière minute et qui lui a permis de boucler un long dernier relai et échapper à l’ogre autrichien désireux de le croquer. Freddy Foray, Josh Hook et Mike di Meglio s’imposent pour moins d’une minute face à Broc Parkes, Marvin Fritz et Niccolo Canepa. La troisième marche du podium revient quant à elle à la Yamaha Penz13, auteur d’une course sans faute avec Sheridan Morais, Danny Webb et Matthieu Lagrive à son guidon et qui renoue avec le podium de l’an dernier sans avoir fait le moindre essai de sa nouvelle machine avant la semaine du Bol d’Or.

Ce n'est un secret pour personne, la qualité d'un bonne partie du réseau routier belge laisse à désirer. Les 200 millions d'euros de budget annuel pour effectuer les réparations ont été doublé et c'est pour cette raison que des chantiers ont fleuris un peu partout. Dernièrement j'ai parcouru la route qui relie la Barrière de Champlon à Laroche. 13 km sépare ces deux entités et je n'ai pas trouvé 500 mètres de bon. Ceci n'est qu'un triste exemple de la médiocrité de l'état de nos routes. Certains pays africain sont mieux classé que nous d'après l'enquête réalisée par le forum économique mondial.

Welcome to Belgium

Voilà un panneau que l'on aimerait croiser moins souvent chez nous

Rouler sur circuits - Il y a toujours une 1ère fois ...

Cela fait 2 nuits que vous dormez mal car l’idée de poser pour la 1ère fois votre moto sur un circuit vous réjouit autant qu’elle ne vous angoisse quelque peu. A n’en point douter, ce sera la découverte d’un nouvel environnement dans lequel vous ne trouverez aucun point commun avec la conduite sur route à part le fait d’être assis au guidon de votre moto. Que ce soit à la Bikers’School de Francorchamps ou dans l’école de Stéphane Mertens implantée à Mettet, des instructeurs vous prodiguerons les bons conseils de la conduite ( sportive ) à adopter. En attendant et pour avoir sillonner moi-même à plusieurs reprises ces magnifiques rubans asphaltés, voici quelques petits conseils d’amis.

Ce qui perturbe un tantinet au début est l’absence de rétro vision. On vous suggérera donc de « camoufler » vos rétroviseurs ou simplement de les ôter. Sur circuits on se concentre sur ce qui se passe devant et pas derrière. Une fois l’appréhension passée, ça devrait aller ...

 

Arriver sur place avec une machine en bon ordre de marche me semble une évidence.

Le neck serait que votre machine soit chaussée de pneus neufs ou presque. La qualité du grip s’en ressortira. La montée en T° sera bien plus importante que sur route et vous constaterez une augmentation sensible de l’adhérence au fil des tours. Le must, c’est une paire pour le sec et l’autre pour des conditions humides.

N’ayez pas peur de diminuer un peu la pression de vos pneus surtout si la piste est mouillée et qu’il fait frais. Le sempiternel 2,5 à l’avant et 2,9 à l’arrière sont des valeurs dites de sécurité. Mes Dunlop 207 gonflé à 2,2 AV et 2,5 AR faisaient des merveilles. Ce sera à vous d’ajuster en fonction …

Le repérage est très important. Profitez du 1er run pour mémoriser le circuit, apprendre à le connaître pour suivre la trajectoire idéal qui doit être soignée avant d’y mettre de la vitesse et pas le contraire …

Suivez à la lettre les conseils des instructeurs en ce qui concerne les dépassements. N’oubliez jamais que le pilote qui vous devance ne vous voit pas.

Roulez à votre main et en fonction de vos chronos, vous serez rediriger ou pas dans un autre groupe afin d’obtenir une meilleure homogénéité entre les participants. No stress !! Une journée circuit doit être un moment de détente. Bon amusement et retenez ce slogan prononcé par Xavier Siméon : « La vitesse c’est sur circuits et nul par ailleurs !! »

 

Photos prises lors d'un stage sur le circuit de Beuvardes avec Cap Moto

Curiosités Motocyclistes

Je continue mes petites recherches sur le Net afin de peaufiner mon album sur toutes ces curiosités émanant de la moto. Rien de plus simple en « tapant » quelques mots clés dans Google mais c’est plus sympa de retrouver toutes ces petites merveilles au sein d’un seul et même album. Du tuning haut de gamme au prototype encore ranger dans le carton à dessins au passant par l’insolite et l’extravagance, l’homme ne manque pas d’imagination et d’ingéniosité. Ici, rien de « kitch » mise à part quelques modèles " Just For Fun " mais des machines uniques qui ont nécessité un savoir faire indéniable en utilisant des matériaux nobles. Du travail de pro qui suscite pour les amateurs du genre la plus grande admiration. Après les mots, les photos !!