Steinbach :

Derniers Albums

- Brussels Moto Retro et Japanese Classic Bike

- AMPL - Motocross à Bastogne

- Bikers'Classics à Francorchamps

- Ambiance aux Classic Bikes de Chimay 

L'Avenir

 

- Motocross AMPL à Steinbach le 30 Juillet

- Les 500 KM de Mettet du 08 au 10 Septembre

Classic Bikes à Chimay - Je vous parle d'un temps ...

Après les Bikers’Classics de Francorchamps, les amoureux de courses à l’ancienne se sont déplacés vers la Calestienne et plus précisément dans l’entité de Chimay. Petite ville bien connue pour sa célèbre bière trappiste mais aussi pour ces rendez vous « mécaniques » sur son circuit routier.

Ces Classics Bikes drainent depuis toujours un grand nombre de passionnés. Les britanniques traversent la Manche par dizaines pour venir assouvir un manque puisque là-bas, isolé sur leur île (et le brexit n’y est pour rien !! ), les courses sur routes ne sont plus autorisées. Pas mal d'Hollandais, d'Allemands et quelques Suisses. Le tour du paddock vaut à lui seul le déplacement car les curiosités ne manquent pas et se présente à vos yeux en permanence. J’ai même croisé une BFG issue du nom de leurs concepteurs ( Boccardo – Favario – Grange ). Cette bécane française était propulsée par un moteur de Citroën GS 1300cc.

Dans les allées, je croise peu d’enfants. Là-bas, les cheveux gris sont légion dans les casques et ceux qui en possèdent encore, les préfèrent longs. Ajoutez aussi quelques embonpoints dans les cuirs. Un couple assis dans leur side-cars totalisent à eux trois près d'un siècle et demi d'existence. A côté, un papy et sa petite fille. Ici, on est dans le monde de la débrouille, l’univers de la réparation de fortune, bref, en plaine galaxie « vintage ».

Cette tendance n’est pas prête de s’essouffler bien au contraire. Même les moins âgés s’y mettent délaissant l’espace d’un w-e, leur dernier iphone 7 fraichement acquis. Ces gens là sont des amoureux. Une main sur la poignée de gaz et l’autre sur le cœur. Mais qu’en donc s’arrêteront t-ils ? A moins de passer de vie à trépas ... jamais !! 

Hakan Carlqvist s'est éteint à 63 ans

 Né en 1954, le pilote de motocross Suédois Hakan Karlqvist alias « Carla » est décédé ce 06 juillet. Ce géant nordique est parvenu à conquérir 2 titres de champion du monde. Le 1er en 1979 au guidon d’une 250cc et le second en 1983 en catégorie 500cc. Tout le monde se souviendra de ce Grand Prix de Belgique 1988 sur la citadelle de Namur. En tête de la course, son avance dans le dernier tour est suffisante pour qu’il se permette de faire un « Stop and Go » le long de piste afin d’engloutir une bière que lui tendait un supporter. Il repartira tranquillement vers la victoire. Pour en savoir un peu plus sur le champion, rendez-vous sur mxmag. RIP viking !!

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Team Viltaïs Expérience couronné en Endurance

Le Team Viltaïs Expérience est devenu au terme des 8 heures de Slovaquie, championne du monde d’Endurance en catégorie Superstock. 12ème du Bol D’or –  9ème des 24 Heures du Mans – 8ème à Oschersleben. Seconde de sa catégorie et classée 6ème au général en terre Slovaque, la Yamaha R1 n° 333 compte 2 pilotes belges dans leur équipe. Bastien Mackels et Olivier De Poorter. Pour les aider a obtenir la quintessence de la moto, la télémétrie est confiée a un autre belge du nom de Mario Kupper, également chef de stand. Bravo à eux !!! Voilà le genre de performance qui malheureusement, passe complètement inaperçu dans la presse sportive généraliste. Qu’importe, nous on le sait !! Photos : Internet

15ème Anniversaire des Bikers'Classics

15ème édition des Bikers’Classics à Francorchamps en ce 1er w-e de juillet. Un rendez-vous incontournable pour les amateurs de motos « vintage » que ce soit sur la piste ou en dehors. Cette année, le Life style village était particulièrement beau. Bien achalandé, les splendides machines exposées scintillaient sous les feux des projecteurs. On y trouvait même un coiffeur et un barbier. Au bar-salon, les journalistes et photographes accrédités sont reçu avec toute l’attention voulue. Collations et boissons offertes avec le sourire. L'amicale " Spirit Of Speed " exposait également quelques perles rares attisant de nombreux regards.


Les Bikers' Classics c’est aussi la seconde manche de l’European Classic series. Pour ces 4 heures de course le départ est donné  à 20h00 mais les conditions sont délicates. Pas celles des pilotes qui eux tiennent la forme mais plutôt celui du temps assez tristounet ou le crachin s’est mêlé à la pluie.

Déboires pour certains mais cris de joie pour d’autres. L’équipage de la Honda n°1 pilotée par Steven Neate - Robert Collins et John Neate est comblé. Leur moto franchit le drapeau à damiers en conquérante  et il est déjà minuit. En seconde position, La Suzuki RX69 Replica du Team Taurus confiée aux mains de Giorgio Cantalupo et Sandro Caprara. Le duo Peter Linden - Ian Simpson intégré dans l'équipe Sweatshop Phase One complète le podium. Le belge Greg Fastré épaulé par le français Bruno Le Bihan échoue à la 4ème place.

 

3 stars du sport moto étaient présent à Francorchamps. Guy Martin, le Poulidor du Tourist Trophy. Phil Read que l’on ne présente plus car ce sympathique pilote britannique à conquis 7 titres de champion du monde dans 3 catégories ( 125cc – 250cc et 500cc ). Il a traversé la moitié du globe pour rejoindre notre circuit national. Wayne Gardner a été couronné en 1987. 3 décennies plus tard, le voici de retour dans son cuir aux couleurs « Rothmans »  histoire d’attaquer une fois de plus notre célèbre raidillon. Tiens tiens, Il y avait un avion de chasse exposé dans le paddok. Doit-on y voir une certaine similitude avec le pétillant pilote Australien !!?? 

Nouvelle réalisation de toute beauté sur base d'une Ducati Diavel et signée Fred Krugger

Sourires affichés dans l'équipe " Saroléa "

Phil Read et Wayne Gardner

Départ de cette 15ème édition des Bikers'Classics et 37 équipages sur 50 rejoindront l'arrivée

La victorieuse Honda du Team Neate Racing

Wayne Gardner au Bikers'Classics à Francorchamps

Wayne Gardner a participé pour la première fois aux Bikers’Classics en 2013, pour fêter les 25 ans de sa victoire sur le circuit de Francorchamps. C’était en 1988. Il s’était imposé avec trente secondes d’avance sur Eddie Lawson. Le légendaire pilote australien sera de retour cette année à Spa mais cette fois pour célébrer les 30 ans de son titre mondial, conquis en 1987 sur sa Honda NSR 500 aux couleurs Rothmans préparée par Jeremy Burgess.


Wayne Gardner a acquis sa gloire par son style furieux et ses attaques incisives qui effrayèrent souvent ses adversaires. Elles l’ont même écarté quelque temps des circuits, les organisateurs le jugeant trop agressif. Un style qui lui valut le surnom de «Wollongong Wild One», du nom de la petite bourgade australienne qui l’a vu naître le 11 octobre 1959.


 
Il effectue ses débuts en Grand Prix en 1983. Dès l’année suivante, sa détermination et son esprit combattif le placent sur la liste des favoris à la couronne mondiale en Grand Prix 500. Trois ans plus tard, il l’obtient de manière autoritaire. Au cours de cette saison 1987, Gardner remporta sept des 15 Grands Prix disputés ! Trente ans plus tard, il était aux Bikers’Classics !!  Photos : Internet

AMPL - Motocross à Bastogne

Nouvelle journée de compétition au sein de l’AMPL et c’est sur le magnifique circuit de la « Nuts City » que s’étaient donné rendez-vous pilotes et supporters. La grille de départ affichait complet dans toutes les catégories. Ce splendide tracé qui avait accueilli des manches du championnat du monde est s’en doute en partie responsable de cet engouement. Organisation aux petits oignons et de nombreux arrosages pour éviter l’excédent de poussière. La pluie s’étant même invitée fin de matinée. Dans les starting blocs des Inter mx2, Marc Fraikin ( 3+9 ) et son fils Remy ( 1+15 ). Le fiston s’imposera dans la 1ère manche. Son papa et Dorian Deville ( 2+1 et qui remporte le classement général ) complèteront le podium. Premier départ et envolée fructueuse en Mx1 pour Kevin Vieillevoye ( champion de Belgique Supermoto 2016 ) mais après quelques tours en tête il cèdera face à des pilotes plus endurants au motocross. Au terme des 21 minutes de course, c’est Eric Foguenne ( 1+1 ) qui l’emporte. Derrière lui, les 2 hommes forts de la catégorie, Steve Thielens ( 2+2 ) et Arnaud Englebert ( 3+3 ). C’est la période des vacances mais les amateurs de motocross n’auront guère le temps de faire bronzette puisque pas moins de 5 w-e de course sont inscrits au calendrier de ce mois de juillet …Gazzzzz !!! Galerie photos sur mxmag.be

Nouvelle journée de compétition au sein de l’AMPL et c’est sur le magnifique circuit de la « Nuts City » que s’étaient donné rendez-vous pilotes et supporters. La grille de départ affichait complet dans toutes les catégories. Ce splendide tracé qui avait accueilli des manches du championnat du monde est s’en doute en partie responsable de cet engouement. Organisation aux petits oignons et de nombreux arrosages pour éviter l’excédent de poussière. La pluie s’étant même invitée fin de matinée. Dans les starting blocs des Inter mx2, Marc Fraikin ( 3+9 ) et son fils Remy ( 1+15 ). Le fiston s’imposera dans la 1ère manche. Son papa et Dorian Deville ( 2+1 ) complèteront le podium. Premier départ et envolée fructueuse en Mx1 pour Kevin Vieillevoye ( champion de Belgique Supermoto 2016 ) mais après quelques tours en tête cèdera face à des pilotes mieux entrainés au motocross. Au terme des 21 minutes de course, c’est Eric Foguenne ( 1+1 ) qui l’emporte. Derrière lui, les 2 hommes forts de la catégorie, Steve Thielens ( 2+2 ) et Arnaud Englebert ( 3+3 ). C’est la période des vacances mais les amateurs de motocross n’auront guère le temps de faire bronzette puisque pas moins de 5 w-e de course sont inscrits au calendrier de ce mois de juillet …Gazzzzz !!!

 

Nouvelle journée de compétition au sein de l’AMPL et c’est sur le magnifique circuit de la « Nuts City » que s’étaient donné rendez-vous pilotes et supporters. La grille de départ affichait complet dans toutes les catégories. Ce splendide tracé qui avait accueilli des manches du championnat du monde est s’en doute en partie responsable de cet engouement. Organisation aux petits oignons et de nombreux arrosages pour éviter l’excédent de poussière. La pluie s’étant même invitée fin de matinée. Dans les starting blocs des Inter mx2, Marc Fraikin ( 3+9 ) et son fils Remy ( 1+15 ). Le fiston s’imposera dans la 1ère manche. Son papa et Dorian Deville ( 2+1 ) complèteront le podium. Premier départ et envolée fructueuse en Mx1 pour Kevin Vieillevoye ( champion de Belgique Supermoto 2016 ) mais après quelques tours en tête cèdera face à des pilotes mieux entrainés au motocross. Au terme des 21 minutes de course, c’est Eric Foguenne ( 1+1 ) qui l’emporte. Derrière lui, les 2 hommes forts de la catégorie, Steve Thielens ( 2+2 ) et Arnaud Englebert ( 3+3 ). C’est la période des vacances mais les amateurs de motocross n’auront guère le temps de faire bronzette puisque pas moins de 5 w-e de course sont inscrits au calendrier de ce mois de juillet …Gazzzzz !!!

 

Nouvelle journée de compétition au sein de l’AMPL et c’est sur le magnifique circuit de la « Nuts City » que s’étaient donné rendez-vous pilotes et supporters. La grille de départ affichait complet dans toutes les catégories. Ce splendide tracé qui avait accueilli des manches du championnat du monde est s’en doute en partie responsable de cet engouement. Organisation aux petits oignons et de nombreux arrosages pour éviter l’excédent de poussière. La pluie s’étant même invitée fin de matinée. Dans les starting blocs des Inter mx2, Marc Fraikin ( 3+9 ) et son fils Remy ( 1+15 ). Le fiston s’imposera dans la 1ère manche. Son papa et Dorian Deville ( 2+1 ) complèteront le podium. Premier départ et envolée fructueuse en Mx1 pour Kevin Vieillevoye ( champion de Belgique Supermoto 2016 ) mais après quelques tours en tête cèdera face à des pilotes mieux entrainés au motocross. Au terme des 21 minutes de course, c’est Eric Foguenne ( 1+1 ) qui l’emporte. Derrière lui, les 2 hommes forts de la catégorie, Steve Thielens ( 2+2 ) et Arnaud Englebert ( 3+3 ). C’est la période des vacances mais les amateurs de motocross n’auront guère le temps de faire bronzette puisque pas moins de 5 w-e de course sont inscrits au calendrier de ce mois de juillet …Gazzzzz !!!Nouvelle journée de compétition au sein de l’AMPL et c’est sur le magnifique circuit de la « Nuts City » que s’étaient donné rendez-vous pilotes et supporters. La grille de départ affichait complet dans toutes les catégories. Ce splendide tracé qui avait accueilli des manches du championnat du monde est s’en doute en partie responsable de cet engouement. Organisation aux petits oignons et de nombreux arrosages pour éviter l’excédent de poussière. La pluie s’étant même invitée fin de matinée. Dans les starting blocs des Inter mx2, Marc Fraikin ( 3+9 ) et son fils Remy ( 1+15 ). Le fiston s’imposera dans la 1ère manche. Son papa et Dorian Deville ( 2+1 ) complèteront le podium. Premier départ et envolée fructueuse en Mx1 pour Kevin Vieillevoye ( champion de Belgique Supermoto 2016 ) mais après quelques tours en tête cèdera face à des pilotes mieux entrainés au motocross. Au terme des 21 minutes de course, c’est Eric Foguenne ( 1+1 ) qui l’emporte. Derrière lui, les 2 hommes forts de la catégorie, Steve Thielens ( 2+2 ) et Arnaud Englebert ( 3+3 ). C’est la période des vacances mais les amateurs de motocross n’auront guère le temps de faire bronzette puisque pas moins de 5 w-e de course sont inscrits au calendrier de ce mois de juillet …Gazzzzz !!!

Kenny et Kevin Vieillevoye

1ère manche Inter mx2 et Holeshot de Remy Fraikin ( 175 )

Brussels Moto Retro - Japanese Classic Bike 

C’est dans le hall polyvalent du Brussel Kart de Grand- Bigard que s’est tenu la 1ère édition du Brussels Moto Retro qui en appellera certainement d’autres. C’était aussi la 7ème concentration du Japanese Classic Bike. 2 évènements sur un même lieu qui ont attiré des passionnés nostalgiques venus en nombre pour admirer les différents modèles exposés. La plupart suscitant la plus grande admiration.

 

Forcément, les quinquagénaires  dont je fais partie se retrouvent indéniablement replongés dans la pureté de leur adolescence. Me voici donc nez à nez avec une Honda ss50 de 1975 dont l’état est impeccable. J’avais la même il y a 40 ans. Beaucoup de Kawasaki version « Z » et de Honda modèle « Four ». Les plus curieux auront remarqués le double disque de frein avant d’une Hercule 80cc. Un must pour l’époque.

 

La pachydermique  Kawa 1300cc produite pendant une dizaine d’années à partir de 1979 aura marqué les esprits ( 6 cylindres pour 300 kilos !! ). Les amoureux de machines sportives resteront toujours aussi admiratifs face à des motos tels que : Honda RC30 – Yamaha RDLC – Kawasaki Samouraï – Suzuki GT à moteur 2 temps - BMW R900 …etc, etc. D’anciens modèles Cross étaient aussi de la partie. Elsinore, ca ne vous rappelle rien ? Partez en balade le dimanche et vous aurez peu de chance de croiser ces motos. La plupart ne sortent que pour les grandes occasions et ce rendez vous « vintage » dans notre capitale en était une. C’est la rareté qui fait le prix et certains modèles ont pris de la valeur avec le temps qui passe. Et c'est bien connu, quand on aime … L'album est en ligne !!

Etat exceptionnel pour cette Honda 350 " Four "

Les modèles Cross n'ont pas été oubliés

Le double disques de frein de cette Hercule 80cc

6 sorties d'échappement pour autant de cylindres embellissent cette Honda CBX 1000

J'ai du attendre 40 années pour revoir cette Honda ss50

Anthony Urbain en démonstration de e-trial

Les 4 Heures de Liège Classics à Mettet

W-e complet de compétition motocycliste sur le circuit de Mettet pour ce dernier w-e de mai. Au programme de ces deux jours bien remplis, les 4 Heures de Liège pour motos Classics plus des courses sprint. Une organisation du Rac Junior de Liège qui pendant plusieurs décennies ont œuvré au bon déroulement des 24 Heures de Spa-Francorchamps comptant pour le championnat du monde d’Endurance. L’atmosphère est chaude surtout le dimanche car le vent est tombé. Séances hydratation obligatoire.  4 tours d’horloge scindée en 2x2 heures pour les anciennes brêles et aux avants postes, on retrouvera les mêmes machines avec entres autres la Ducati n°666 pilotée par le tandem Gian Mertens et Jan Devos en catégorie Classic et la Yamaha n°60 menée par le duo Demelenne père et fils en Post Classic.

 

Au terme de ces 4 Heures de Liège, ce sont bien ces 4 hommes qui s’imposeront dans leur catégorie respective. Sur la grille de départ on retrouvera également les pilotes de la Yamaha Cup R3, les Supertwin et Thunder, IPC 125 EVO, les side-cars et bien entendu, les Superbike 1000cc, la catégorie reine du championnat. Le tour de piste en 1 minute et 5 secondes pour les plus forts et ils seront 3 à émerger du groupe. Parti en tête lors de la 1ère manche, Marc Fissette ( Suzuki 71 ) annonce la couleur. Derrière lui, Yan Ancia ( BMW 91 ) lui colle à la roue. Alternant la place de leader, nos 2 hommes se battent jusqu’au drapeau à damiers et Fissette l’emporte. L’ultime course du w-e sera à peu de chose prêt un copier coller de la 1ère joute. Le guidon entre les dents, Ancia prendra sa revanche et gagnera, s’adjugeant par la même occasion le classement général avec une avance de quelques dixièmes de seconde sur Marc Fissette. La 3ème marche du podium sera occupée par Tim Van Ooijens également sur une Suzuki.

2 albums sont en ligne pour un total de 1150 photos. le plaisir ne vaut que s'il est partagé n'est-ce pas !!

Père et fils Demelenne s'imposent en catégorie Post Classic

Le podium Superbike. Au centre le vainqueur Yan Ancia

Le podium catégorie Classic de cette très belle édition des 4 Heures de Liège

Toujours plus loin - Toujours plus haut !!

Aller plus haut chantait Tina Arena. C'est ce qu'on fait une bande de motards au guidon de leur Honda Africa Twin. En escaladant les pentes du Nevado Del Salado, le plus haut volcan actif du monde situé entre l'Argentine et le Chili. 5.965 mètres, c'est la hauteur officiel enregistrée à ce jour. les machines étaient en configuration d'origine à l'exception de l'échappement, d'un pignon de sortie de boîte et de quelques accessoires de protection. Honda ne dit pas combien de chevaux sont arrivés jusqu'en haut mais à près de 6.000 mètres d'altitude, il est certain que les 95 bourrins du célèbre twin n'étaient pas tous là ...( Photos : Internet )

Le retour du beau temps pour le moteur 2 temps ?

On le croyait condamné à disparaître mais le moteur 2 temps va pouvoir jouer les prolongations. Les normes anti pollutions ont eu raison de son existence mais nouvelles technologies aidant, les 2 temps ne fumeront plus. Maintenant ils « vapoteront ». KTM et sa demi sœur Husqvarna vont sortir leurs 1er modèles injectés électroniquement. Ce n’est pas vraiment une nouveauté mais comme dans tous les domaines, la technologie progresse. Sur la planche à dessin de la firme Autrichienne, un moteur avec injection directe dans les conduits des cylindres et conservation des carburateurs. Selon le principe, la lubrification se ferait sans l’apport d’essence. Le ration huile-benzine descendrait alors aux alentours de 1%. Ces moteurs là ne fumeraient donc plus et afficheraient sur les graphiques un taux de pollution proche de zéro. La mécanique se comporterait comme un two strocke de l’ancienne génération mais avec plus de rondeur et de frein moteur. Par la même occasion, on échapperait aussi à la séance « ratatouillage » à froid. Je pense que les motos de cross et d’enduro ont de beaux jours devant elles avec l’arrivée dans les prochains mois d’une gamme de machines propulsées par des moteurs répondant aux normes anti pollution de plus en plus sévères. En fin de compte, si c’est bon pour la planète, pourquoi s’y opposer ? ( Photos : kick et Internet )

L'air du moteur 2 temps trop polluant sera un jour révolu grâce à de nouvelles technologies adaptées aux normes anti pollution

Save Driving Day à Mettet - Rencontre avec des Champions

Le Save Driving Day à Mettet, c’est quoi papa ? Et bien fiston, cette journée est le rendez-vous de l’année pour tous les fans et supporters de nos pilotes belges en Grand Prix. Tu sais, ceux que tu vois régulièrement à la TV, et bien ils seront bien présents sur le circuit Jules Tacheny de Mettet. Chouette papa, on y va ?? Comment, tu n’es pas encore prêt !! Mise sur pied par Zelos et la Riding Mertens School, cette journée était aussi consacrée à des séances de runs libres mais c’était avant tout la rencontre tant attendue avec nos Top pilotes. Barry Baltus continue de grandir et de progresser en catégorie pré-moto3 ( moto3 mais bridée à 35cv ) du championnat espagnol. Le toujours très souriant Livio Loi participe au championnat du monde moto3 et se débrouille plus que bien dans une catégorie ou l'on peu retrouver 20 pilotes dans la même seconde. Un cran plus haut et au guidon d’une moto2 ( moteur Honda CBR 600cc ) Xavier Siméon, notre meilleur représentant « vitesse » au niveau planétaire. La météo est plutôt fraiche mais contrairement à l’an passé, on a échappé aux grêlons. L’ambiance est conviviale, nos pilotes se prêtant, sourire aux lèvres, aux séquences photos et dédiasses. Hep Taxi !!! Un duo run derrière Xavier ou Marc Fissette, ça vous tente ? Equiper vous, embarquement immédiat !! Ce 1er mai à Mettet, il y avait tout pour amuser petits et grands. L’album est en ligne et croyez moi, il respire la bonne humeur … 

Rétro-Moto - Honda CBX 1000 - 6 cylindres sinon rien

Nouveau petit coup d'oeil dans le rétro avec cette Honda CBX-1000 dévoilée au monde motard en 1978 et c'est un véritable coup d'éclat. Sa technologie diffère du 6 cylindres présenté par Benelli en 1973. Cette Honda est équipée d'un moteur double ACT avec 4 soupapes par cylindre. L'engin crache une centaine de cv, un chiffre magique pour l'époque. Autre nouveauté, les roues Comstar permettent la monte de pneus sans chambre à air. Le cadre diamond permet d'exhiber l'impressionnant moulin de cette CBX. Cette moto était " civilisée " et souple avec une prise en main aisée. Deux défauts apparaissent tout de même : Le freinage un peu faiblard et la tenue de route plutôt aléatoire. Bien qu'il s'agissait d'une moto puissante, elle a été conçue comme une grosse GT avec un imposant réservoir et une double selle accueillante. le tableau de bord est complet. A l'époque la chasse aux kilos superflus n'était pas ( encore ) la priorité du cahier des charges. poids du bestiau ? 260 kilos. Elle a été produite de 1978 à 1981. Photos : Internet

Le moteur massif incliné à 33° participait à la rigidité de l'ensemble. La moto arrivait et on ne voyait que lui

Rouler sur un circuit - Il y a toujours une 1ère fois

Cela fait 2 nuits que vous dormez mal car l’idée de poser pour la 1ère fois votre moto sur un circuit vous réjouit autant qu’elle ne vous angoisse quelque peu. A n’en point douter, ce sera la découverte d’un nouvel environnement dans lequel vous ne trouverez aucun point commun avec la conduite sur route à part le fait d’être assis au guidon de votre moto. Que ce soit à la Bikers’School de Francorchamps ou dans l’école de Stéphane Mertens implantée à Mettet, des instructeurs vous prodiguerons les bons conseils de la conduite ( sportive ) à adopter. En attendant et pour avoir sillonner moi-même à plusieurs reprises ces magnifiques rubans asphaltés, voici quelques petits conseils d’amis.

Ce qui perturbe un tantinet au début est l’absence de rétro vision. On vous suggérera donc de « camoufler » vos rétroviseurs ou simplement de les ôter. Sur circuits on se concentre sur ce qui se passe devant et pas derrière. Une fois l’appréhension passée, ça devrait aller ...

 

Arriver sur place avec une machine en bon ordre de marche me semble une évidence.

Le neck serait que votre machine soit chaussée de pneus neufs ou presque. La qualité du grip s’en ressortira. La montée en T° sera bien plus importante que sur route et vous constaterez une augmentation sensible de l’adhérence au fil des tours. Le must, c’est une paire pour le sec et l’autre pour des conditions humides.

N’ayez pas peur de diminuer un peu la pression de vos pneus surtout si la piste est mouillée et qu’il fait frais. Le sempiternel 2,5 à l’avant et 2,9 à l’arrière sont des valeurs dites de sécurité. Mes Dunlop 207 gonflé à 2,2 AV et 2,5 AR faisaient des merveilles. Ce sera à vous d’ajuster en fonction …

Le repérage est très important. Profitez du 1er run pour mémoriser le circuit, apprendre à le connaître pour suivre la trajectoire idéal qui doit être soignée avant d’y mettre de la vitesse et pas le contraire …

Suivez à la lettre les conseils des instructeurs en ce qui concerne les dépassements. N’oubliez jamais que le pilote qui vous devance ne vous voit pas.

Roulez à votre main et en fonction de vos chronos, vous serez rediriger ou pas dans un autre groupe afin d’obtenir une meilleure homogénéité entre les participants. No stress !! Une journée circuit doit être un moment de détente. Bon amusement et retenez ce slogan prononcé par Xavier Siméon : « La vitesse c’est sur circuits et nul par ailleurs !! »

 

Curiosités Motocyclistes

Je continue mes petites recherches sur le Net afin de peaufiner mon album sur toutes ces curiosités émanant de la moto. Rien de plus simple en « tapant » quelques mots clés dans Google mais c’est plus sympa de retrouver toutes ces petites merveilles au sein d’un seul et même album. Du tuning haut de gamme au prototype encore ranger dans le carton à dessins au passant par l’insolite et l’extravagance, l’homme ne manque pas d’imagination et d’ingéniosité. Ici, rien de « kitch » mise à part quelques modèles " Just For Fun " mais des machines uniques qui ont nécessité un savoir faire indéniable en utilisant des matériaux nobles. Du travail de pro qui suscite pour les amateurs du genre la plus grande admiration. Après les mots, les photos !!