Clément Desalle et Yentel Martens présent au motocross AMPL de Bastogne

Reprise ce 26 juin du championnat AMPL à Bastogne organisé par le « Nuts City moto club ». Le beau temps n’est pas vraiment de la partie mais le public est présent en masse et la grille de départ affiche complet dans chaque catégorie. A l’origine de cette affluence, la beauté du circuit sans doute mais aussi la présence de Clément Desalle, vice champion du monde en 2010 – 2012 et 2013 et qui, sur ce même circuit avait remporté en 2013 le Grand Prix de Belgique. Derrière la barre en Inter Mx2, un certain Yentel Martens venait découvrir le circuit bastognard. Ken De Dycker était également de la partie. Chez les Inter Mx1 Clément Desalle est forcément le favori et on constate d’emblée son niveau de pilotage qui nous rappelle que ce pilote a excellé au plus haut niveau. Fidèle à son numéro 25, Il s’imposera autoritairement dans les deux manches. Les classements des courses dans leur intégralité sont à consulter sur mxmag.be

Clément Desalle retrouve les sensations de pilotage sur le circuit de "sans soucis " neuf ans après avoir remporté à Bastogne le GP de Belgique.

Le SuperMoto des nations sera organisé chez nous

Le circuit de Mettet accueillera le SuperMoto des nations les 30 et 31 juillet. Le circuit long de 1.428 mt sera composé de sections tout-terrain très techniques et très spectaculaires comptant 66% asphalte et 34% d’autres surfaces. Danilo Boccadolce PDG de XIEM : « Je suis très heureux de cet accord. Mettet est un circuit avec un nom prestigieux dans le monde du Supermotard et au-delà. Je suis persuadé que ce sera un grand événement à la hauteur des attentes des pilotes ». Freddy Tacheny Président du Circuit : « Notre club est particulièrement fier et heureux d'accueillir le prestigieux FIM SuperMoto of Nations en Belgique. Je suis convaincu que la collaboration avec l'équipe de Danilo Boccadolce permettra de présenter un spectacle de qualité au public. Composé des meilleurs « Supermotards » mondiaux d'une discipline que nous apprécions particulièrement à Mettet. Le circuit Jules Tacheny organise donc une épreuve internationale intégrée dans le calendrier de la FIM. Le tracé de Mettet se prête admirablement bien à ce genre d’exercices. Le circuit de Mettet ne s’allonge pas, il grandit !!

Les 24 Heures de Francorchamps : Polémiques sur la fin de course

La BMW officiel n°37 chapeautée par Werner Daemen a remporté cette renaissante édition des 24 Heures de Francorchamps. Dès le début de la course, 5 motos se détachent du restant de la troupe. 1 – 6 – 11 – 7 – 37 tel est le quarté de tête d’une épreuve qui verra quelques pointures se faire éliminer tour à tour. Plusieurs chutes auront raison de La Kawasaki SRC n°11. La Yamaha du « YART » sera victime d’une casse moteur. La Honda FCC n°6 ainsi que la Suzuki n°1 du SERT iront tâter du bitume mais parviendront à reprendre la piste après une remise en état de marche imposant de longues minutes d’arrêt dans les stands. Le dimanche vers 10h00, une machine explose son moteur et répand son huile sur 2 kms. Le drapeau rouge est sorti le temps du nettoyage qui d’éternise. Finalement, après de longues tergiversations, la direction de course décide de relancer les motos sous safety cars qui s’effaceront vers 12h50 laissant la Honda n°6 et la Suzuki du SERT en découdre pour la 3ème marche du podium alors qu’il ne reste que 10 minutes de course. La Honda franchi le drapeau à damiers juste devant la Suzuki, les dés sont jetés !! Xavier Siméon est dépité et s’exprime en ces mots : « On nous a volé notre podium, c'est une honte !! » On nous avait pourtant dit que la course allait se conclure sous régime de neutralisation. On ne s'attendait pas du tout à ce qu'elle redémarre. Entre les équipes, nous avions un accord pour figer les positions mais elle a été relancée pour 10 minutes. A cause de cela, on termine quatrièmes plutôt que troisièmes »

Motocross à Cherain – Renaissance du championnat de Wallonie

Du soleil comme s’il en pleuvait pour le motocross de Cherain ces 14 et 15 Mai. Il faut savoir que c’est dans ce village qu’est née la fédération il y a plus de 50 ans. Une nouvelle dynamique a vu le jour grâce à la renaissance d’un championnat de Wallonie ou pilotes AMPL – FPCNA et FMWB sont venus en découdre. Les anciens se souviendront de l’ancien challenge Wallon quand les pilotes de notre fédération affrontaient de manière épique leurs adversaires Liégeois de la défunte FMPL. A l’époque les pilotes étaient facilement reconnaissables grâce aux vareuses spécifiques. Les blancs d’un côté et les bleus de l’autre. A Cherain, les Inters Mx1 et Mx2 étaient rassemblés dans un groupe unique d’une trentaine de pilotes. Beaucoup de travail pour l’organisation de ce beau w-e de motocross même si on aurait souhaité quelques arrosages supplémentaires afin d’éviter une poussière par moment envahissante. Le classement des épreuves sont à voir entres autres sur le site de mxmag.be

Les 4 Heures de Liège Classics - Victoire de Roger Ruiz et Eric Brun

Le RAC Juniors de Liège nous conviait à la 11ème édition des 4 Heures de Liège « Classics » ainsi qu’au RAC Trophy, 17ème du nom. L’épreuve phare des 4 tours d’horloge prévue le dimanche se partage la piste avec les courses annexes et des séances de roulages libres pour le WBB Racing. Le classement « scratch » a vu la victoire du team « Phase One Endurance » et leur Suzuki GSX-R 1100 pilotée pour le duo Peter Linden et Alti Hart en catégorie Post Classics. 182 tours de piste avec un chrono absolu de 1.12'359. En catégorie « Classics » on saluera la victoire du doyen de l’épreuve à savoir Roger Ruiz épaulé dans cette tâche par Eric Brun, moniteur à la Mertens Riding School. Roger Ruiz est un habitué de ce rendez-vous de Mettet et cet homme charmant âgé de 75 ans incite au respect. En effet, Roger avait remporté le Bol d’Or en 1972, il y a donc 50 ans !! En 1975 il s’imposait également aux 24 Heures de Liège sur le circuit de Francorchamps. Ce w-e à Mettet et sur leur Suzuki GSX 1135, Eric et Roger réalisent leur meilleur tour en 1.15'915. Une dizaine de motos abandonneront dont celle qui avait réalisé la pôle position avec de grande chance de victoire mais en Endurance, tant que l’on a pas franchi le drapeau à damiers, tout peu arriver !!

Roger Ruiz et Eric Brun laissent exploser leur joie. Ils s'imposent en catégorie * Classics *

Victoire autoritaire * Scratch * pour le duo Hart - Linden au guidon de leur Suzuki GSX-R 1100 du team Phase One

Troy Bayliss sera présent au Bikers 'Classics

DG Sport l’avait annoncé : si les Bikers’Classics 2022 prendront l’apparence de Track-Days les samedi 2 et dimanche 3 juillet, le public des passionnés de motos anciennes s’y retrouvera allègrement avec des animations, des expositions et la présence de plusieurs personnalités du monde de la course. Et ce n’est pas sans fierté que l’organisateur theutois officialise la présence de l’Australien Troy Bayliss sur le Circuit Francorchamps. « Nous sommes en effet en mesure de confirmer la participation de Troy Bayliss aux Bikers’Classics 2022, sourit Florian Jupsin, Bike Manager chez DG Sport. On renoue donc avec la présence de stars mondiales, puisque ce pilote lié à la marque Ducati a remporté à trois reprises le titre de Champion du Monde de Superbike, en 2001, 2006 et 2008. Parallèlement, il a mené une carrière en MotoGP, entre 2003 et 2006, remportant le Grand Prix de Valencia 2006, toujours sur Ducati, alors qu’il remplaçait Sete Gibernau ». Bayliss est le 3ème pilote le plus couronné en SBK après Carl Fogarty ( 4 couronnes ) et Jonathan Rea, 6 fois champion d’affilée …

Le pilote Somkiat Chantra est entré dans l'histoire des Grands Prix

Dans la vie tout peut arriver. Si Kenan Sofuoglu a été le 1er pilote musulman a devenir champion du monde au guidon d’une moto ( Supersport 600cc en 2007 ) c’est au tour de Somkiat Chantra de marqué l’histoire de son empreinte. En effet, le pilote Thaïlandais a remporté Le Grand Prix d’Indonésie en catégorie moto2 sur le nouveau circuit de Mandalika ce 20 mars. Après 25 ans d’absence, ce pays accueillait de nouveau le gratin de la vitesse pure et voit le succès d’un pilote asiatique venu de Thaïlande. Chantra ( IDEMITSU Honda Team Asia ) inspiré par le parfum de l’Asie a trouvé la motivation et les ressources nécessaires pour s’imposer de belle manière en devançant Celestino Vietti d’un peu plus de 3 secondes. Cette victoire en appellera-t-elle d’autres ? Masa depan akan memberitahu kita …

Somkiat Chantra est devenu le 1er pilote Thaïlandais a remporter une course en Grand Prix motos

Curiosités Motocyclistes

 

Le Bol d’Or 2018 restera dans les mémoires. Difficile en effet de pronostiquer que la victoire finale se jouerai à couteaux tirés entre deux équipes qui figuraient au delà du Top 15 après quelques heures de course. Mais il était écrit que 2018 serait l’année de l’équipe japonaise championne, qui a accueilli Mike di Meglio aux côtés de Freddy Foray et Josh Hook juste avant le Bol d’Or. Un trio qui va cravacher pour remonter sur les avant-postes, mais aussi bénéficier des problèmes de ses adversaires. La BMW n°6 a été la première à se mettre hors jeu suite à l’accrochage de Julien Da Costa avec un retardataire.
La Honda Endurance Racing N°111 a été le second coup de tonnerre de ce Bol d’or en abandonnant sur la casse d’un goujon de culasse alors qu’elle était en tête. Le SERT faisait alors forte impression avant de connaître lui aussi les affres de la mécanique avec la casse d’une platine repose-pied, suivie d’une petite chute de Vincent Philippe et d’un problème d’embrayage. Une voie royale se dessinait alors pour la Kawasaki SRC, leader avec plus de 4 tours d’avance sur son premier poursuivant. Mais l’équipe de Gilles Stafler va payer très cher des soucis électriques sur la ZX-10R n°11 à un peu plus de 2 heures de l’arrivée et rétrograder à la 7eplace finale.
Le YART, revenu du milieu du classement après la chute de Niccolo Canepa va mettre une pression d’enfer à la Honda n°1. Une machine qui peut dire merci à un safety-car de dernière minute et qui lui a permis de boucler un long dernier relai et échapper à l’ogre autrichien désireux de le croquer. Freddy Foray, Josh Hook et Mike di Meglio s’imposent pour moins d’une minute face à Broc Parkes, Marvin Fritz et Niccolo Canepa. La troisième marche du podium revient quant à elle à la Yamaha Penz13, auteur d’une course sans faute avec Sheridan Morais, Danny Webb et Matthieu Lagrive à son guidon et qui renoue avec le podium de l’an dernier sans avoir fait le moindre essai de sa nouvelle machine avant la semaine du Bol d’Or.

Je continue mes petites recherches sur le Net afin de peaufiner mon album sur toutes ces curiosités émanant de la moto. Rien de plus simple en « tapant » quelques mots clés dans Google mais c’est plus sympa de retrouver toutes ces petites merveilles au sein d’un seul et même album. Du tuning haut de gamme au prototype encore ranger dans le carton à dessins au passant par l’insolite et l’extravagance, l’homme ne manque pas d’imagination et d’ingéniosité. Ici, rien de « kitch » mise à part quelques modèles " Just For Fun " mais des machines uniques qui ont nécessité un savoir faire indéniable en utilisant des matériaux nobles. Du travail de pro qui suscite pour les amateurs du genre la plus grande admiration. Après les mots, les photos !!