Le BOXC s'était donné rendez-vous à Joubiéval

Après l’épreuve de Moulins-Saint-Hubert ( FR ) disputée en juillet, C’est à Joubiéval ce 06 août que se sont donné rendez-vous les concurrents du BOXC ( Belgian Open Cross Country ). Quatre tours d’horloge avec un départ « type Le Mans » pratiqué dans une poussière abondante et omniprésente malgré les arrosages préventifs. La sécheresse que nous subissons actuellement en est responsable tandis que l’eau doit être utilisée avec parcimonie. Heureusement un léger vent est venu tant bien que mal nous débarrasser de ce brouillard opaque. Le tracé est composé d’un enchainement de virages avec une partie « Hard » ( pierres et obstacles ) que les pilotes peuvent éviter en suivant une autre direction sans difficulté mais plus longue. Le classement de ces 4 Heures est à consulter sur boxc.be
La prochaine course aura lieu sur le circuit de Gouvy le 02 octobre pour enchainer ensuite sur le site de Honville le 16 du même mois. 

Les passionnés de vitesse et d'Endurance moto seront à Francorchamps ce 14 Août

Le compte à rebours en vue des 6 Heures Moto 2022, programmées le dimanche 14 août sur le Circuit Francorchamps a commencé. Et pendant que DG Sport peaufine les ultimes détails de son organisation, teams et pilotes sont déjà dans les starting-blocks. Force est de constater qu’une fois encore, le plateau a plus que fière allure…
Ce qui signifie que la lutte pour succéder au duo composé de Markus Reiterberger et Kenny Foray sur la plus haute marche du podium en 2021 s’annonce explosive. C’est dans la catégorie 1000 PRO qu’il faut aller chercher les équipages favoris avec notamment le team britannique ADSS97 en provenance directe du championnat du monde d’Endurance qui était déjà de la partie lors des 24 heures de Spa en juin dernier. La Kawasaki ZX10RR #2 sera en effet confiée à Jonathan Railton (6e des 6 Heures 2021) et James Edwards (11e du Bol d’Or 2021) tandis que la #97 sera domptée par Craig Watson (9e des 6 Heures 2021), Chris Platt (6e des 6 Heures 2021) et Ricky Holden. L’expérience du « Mondial » fera-t-elle la différence ?
Face à cette escouade britannique, on pointe la machine 84 ( Bike Parts Interbike Racing Team)  avec les inévitables Gian Mertens et Nicky de Wit, qui avaient échoué de justesse au pied du podium l’an passé. Ca promet !!! 

Markus Reiterberger et Kenny Foray, les vainqueurs de l'édition 2021

Le 1er Grand Prix de Belgique de motocross à Namur fêtait ses 75 ans

Ce samedi 30 juillet et grâce à l’organisation du « Namur Legent » d’Erpent, on célébrait les 75 ans du 1er motocross international sur le site de la Citadelle de Namur. Du beau monde présent sur ce lieu mythique comme Joël Smets, Jacky Martens ou le légendaire Roger De Coster avec ses 7 victoires sur le tracé namurois. De 1947 à 2007, la capitale wallonne a accueilli une épreuve du championnat du monde de motocross et restera dans l’histoire de la discipline comme le Monaco du motocross. Escortées, de nombreuses anciennes machines de cross ont quittés Jambes pour rejoindre la Citadelle afin de s’exposer aux yeux de tous. La journée du dimanche consistait à des courses de démonstration sur le circuit situé au bord de la N4 toujours à Erpent. Je n’ai malheureusement pas pu assister à cette journée mémorable. Ce sera pour une prochaine fois !! Photos : Ludo Vanwiddingen & Manu Jacques.

7 victoires à Namur et 5 titres de champion du monde en 500cc ( 1971 - 1972 - 1973 - 1975 et 1976 ) Roger De Coster reste une légende du motocross

Ducati fera son entrée en motoE

Ducati lève le voile sur son prototype annonçant la construction de sa première moto électrique. Celle-ci sera engagée dans le championnat MotoE et annoncera une future gamme 100 % électrisée. Tout le monde s’y met et chacun aura son avis sur la pertinence d’un avenir boosté au lithium. En attendant, la marque Italienne nous présente un modèle des plus réussi, les esthètes apprécieront.
Connue sous le nom de « V21L » cette création remplacera le fournisseur actuel à savoir Energica Motor Compagny. Cette moto devrait également servir de laboratoire roulant dans le but de tester en compétition avant de proposer des modèles de série pour le grand public. La version définitive du prototype devrait être prête dans les prochains mois et fera ses premiers pas sur la piste durant la saison 2023. Elle équipera alors l’ensemble des écuries engagées.
En chiffres ça donne quoi ? 150 cv – 275 Km/heure pour un poids total d’environ 225 kilos. C’est bien plus léger que les lourdaudes machines actuelles qui affichent 260 kg sur la balance. C’est vrai qu’elle est jolie !!

Suzuki et la compétition : c'est fini !!

Le giron de la compétition motos est secoué par le retrait de toutes compétitions motrices chez Suzuki. Fondée en 1909, la marque originaire d’Hamamatsu a pourtant un passé glorieux que ce soit sur les pistes bitumées ou en motocross. En vitesse pure, le 1er titre 500cc est remporté par Barry Sheene en 1976. Marco Lucchinelli fera de même en 1981. Plus loin dans l’histoire il faut attendre 1993 pour saluer le titre obtenu par le Texan Kevin Schwantz et la mythique année 2000 pour voir Kenny Roberts jr atteindre le grâle.
Ensuite, Honda et Yamaha dominent la discipline pendant une vingtaine d’années mais un peu contre toute attente, Suzuki renoue avec la victoire en 2020 ( motogp ) grâce au pilote espagnol Joan Mir. Mir finira même 3ème en 2021. Avec 14 titres de champion du monde d’Endurance, le SERT ( Suzuki Endurance Racing Team ) aura porté au firmament la célèbre GSX-R. Parée de ses nouvelles couleurs depuis 2021, ornée d’un nouveau titre de champion du monde et aidée par son nouveau partenaire Yoshimura, l’aventure devrait continuer mais de manière plus indépendante.
La compétition coute cher et ça on le sait depuis longtemps. Fort peu de répercussion au niveau des ventes, quoique !!!
On vit une période de transition énergétique qui se dirige vers une mobilité plus durable et moins polluante. Les investissements consacrés pour atteindre ces nouveaux défis sont importants et prioritaires pour Suzuki. L’avenir nous dira si ses responsables avaient raison …

Steve Ramon a été champion du monde Mx1 sur sa Suzuki en 2007. Une page est tournée !!

Joan Mir sera probablement le dernier champion du monde motogp sur une Suzuki

Championnat de motocross « Haut de France » à Rozoy-sur-Serre

Je me suis décidé à la dernière minute, je me suis rendu au motocross de Rozoy-sur-Serre comptant pour le championnat de motocross « Haut de France ». Parti en « touriste » j’ai tout de même pris quelques photos histoire de revenir avec des souvenirs. Uniquement des clichés au 18/55mm puisque mon « télé » était resté à la maison.
J’ai été séduit par ce circuit magnifique 100% panoramique. Parmi les belges présent : Daymond Martens, les frangins Coenen, Liam Everts et Amandine Verstappen. Harry Everts était venu encourager son petit fils.
Voilà donc une infrastructure qui manque cruellement chez nous. Ce circuit est doté d’un arrosage automatique. L’attrait pour le motocross en France est important comme en témoigne les 3.000 spectateurs venus assister à une très belle journée sportive baignée de soleil …

Séances dédicaces pour Liam Everts, Daymond Martens, Lucas et Sacha Coenen sans oublié notre représentante au championnat du monde de motocross féminin, Amandine Verstappen.

Les Bikers Classics à Francorchamps - Un été qui commence bien

Nouvelle édition des « Bikers Classics » sur le circuit de Francorchamps et c’est toujours organisé le 1er w-e de juillet par DG Sport. La traditionnelle épreuve des 4 heures d’Endurance n’était pas au programme cette année puisque cette course s’est disputée en prologue des 24 Heures de Liège début juin. La piste spadoise était occupée exclusivement par des pilotes évoluant dans des « runs libres » divisés en plusieurs catégories. Comme à l’accoutumée trônaient une ribambelle de splendides machines exposées dans la « Fan Zone » ou sur le coup de 14h30 apparaissait Didier de Radigues, vice champion du monde 350cc en 1982. A ses côtés, un invité de marque, Troy Bayliss. Ce pilote australien a été champion du monde Superbike en 2001 – 2006 et 2008. Nos deux hommes se sont prêtés aux séances dédicaces et poses photos pour le plus grand plaisir d’une foule de passionnés. Une moto ne tient son équilibre que quand elle bouge sauf en trial. Et ils sont venus par paquet de dix en découdre sur des zones tracées dans les bois jouxtant le circuit et tout ça sous le soleil !!!
Si vous ajoutez la parade du dimanche, les divers exposants et la bonne humeur ambiante, vous obtenez la recette d’un w-e réussi. Merci DG Sport !!

Didier de Radiguès et Troy Bayliss

Prêt pour la parade !!

Bernard Anciaux et Nicolas Charlier

Les runs s'enchainent sous le soleil

Curiosités Motocycliste

Je continue mes petites recherches sur le Net afin de peaufiner mon album sur toutes ces curiosités émanant de la moto. Rien de plus simple en « tapant » quelques mots clés dans Google mais c’est plus sympa de retrouver toutes ces petites merveilles au sein d’un seul et même album. Du tuning haut de gamme au prototype encore ranger dans le carton à dessins au passant par l’insolite et l’extravagance, l’homme ne manque pas d’imagination et d’ingéniosité. Ici, rien de « kitch » mise à part quelques modèles " Just For Fun " mais des machines uniques qui ont nécessité un savoir faire indéniable en utilisant des matériaux nobles. Du travail de pro qui suscite pour les amateurs du genre la plus grande admiration. Après les mots, les photos !!

Le Bol d’Or 2018 restera dans les mémoires. Difficile en effet de pronostiquer que la victoire finale se jouerai à couteaux tirés entre deux équipes qui figuraient au delà du Top 15 après quelques heures de course. Mais il était écrit que 2018 serait l’année de l’équipe japonaise championne, qui a accueilli Mike di Meglio aux côtés de Freddy Foray et Josh Hook juste avant le Bol d’Or. Un trio qui va cravacher pour remonter sur les avant-postes, mais aussi bénéficier des problèmes de ses adversaires. La BMW n°6 a été la première à se mettre hors jeu suite à l’accrochage de Julien Da Costa avec un retardataire.
La Honda Endurance Racing N°111 a été le second coup de tonnerre de ce Bol d’or en abandonnant sur la casse d’un goujon de culasse alors qu’elle était en tête. Le SERT faisait alors forte impression avant de connaître lui aussi les affres de la mécanique avec la casse d’une platine repose-pied, suivie d’une petite chute de Vincent Philippe et d’un problème d’embrayage. Une voie royale se dessinait alors pour la Kawasaki SRC, leader avec plus de 4 tours d’avance sur son premier poursuivant. Mais l’équipe de Gilles Stafler va payer très cher des soucis électriques sur la ZX-10R n°11 à un peu plus de 2 heures de l’arrivée et rétrograder à la 7eplace finale.
Le YART, revenu du milieu du classement après la chute de Niccolo Canepa va mettre une pression d’enfer à la Honda n°1. Une machine qui peut dire merci à un safety-car de dernière minute et qui lui a permis de boucler un long dernier relai et échapper à l’ogre autrichien désireux de le croquer. Freddy Foray, Josh Hook et Mike di Meglio s’imposent pour moins d’une minute face à Broc Parkes, Marvin Fritz et Niccolo Canepa. La troisième marche du podium revient quant à elle à la Yamaha Penz13, auteur d’une course sans faute avec Sheridan Morais, Danny Webb et Matthieu Lagrive à son guidon et qui renoue avec le podium de l’an dernier sans avoir fait le moindre essai de sa nouvelle machine avant la semaine du Bol d’Or.